Association de victime Paris

Urgence
victimes

Trouver l’association victime de la route ParisLocalisation

Fermer

Nous sommes joignable 24h/24 et 7 jours sur 7 au 06 86 55 24 01 ou

Pour nous localiser, cliquez ici

Rechercher
Ce champ est invalide

Pour vous inscrire à la newsletter, veuillez saisir votre adresse email ci-dessous :

Ce champ est invalide
LETTRE OUVERTE AUX CANDIDATS A LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE " HANDICAPÉS OU LES OUBLIÉS DE LA RÉPUBLIQUE, LA LETTRE DES ANONYMES "

LETTRE OUVERTE AUX CANDIDATS A LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE " HANDICAPÉS OU LES OUBLIÉS DE LA RÉPUBLIQUE, LA LETTRE DES ANONYMES "

HANDICAPÉS OU LES OUBLIÉS DE LA RÉPUBLIQUE,

LA LETTRE DES ANONYMES.

 

Madame, Messieurs les candidats,

 

Le 7 mai prochain, l'un d'entre vous sera élu à la Présidence de la République Française.

 

Comme vous le savez notre pays compte 12 millions de personnes souffrant d’handicap visible ou invisible. Nous sommes surpris que ces 12 millions d’individus n'apparaissent pas dans vos programmes. Les personnes porteuses d’handicap seront-elles une fois de plus les oubliés de la République ?

 

Rappelons juste la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme du 10 Décembre 1948 Article premier « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits ». Comment 69 ans plus tard un gouvernement peut encore accepter que ces droits ne soient pas respectés ?

 

S'appuyant sur la définition du « handicap » formulée par l'OMS pour qui : « L'état de fonctionnement et de handicap d'une personne est le résultat de l'interaction dynamique entre son problème de santé... et les facteurs contextuels qui comprennent à la fois des facteurs personnels et des facteurs environnementaux » . Ainsi le rôle d’un état est de lutter contre les obstacles environnementaux (culturels, sociaux, législatifs, réglementaires, et architecturaux…) afin de garantir l'autonomie maximum pour les personnes en « situations de handicap ». Ainsi elle doit favoriser l’accès aux droits généraux de tout citoyen, et notamment le droit à la liberté effective de circuler avec une autonomie maximum, de s'instruire, de travailler, et le droit à pouvoir bénéficier d'un revenu décent.

 

Voici maintenant 42 ans (1975) que l'on a commencé à parler du handicap. Nous avons cru voir une lueur d’espoir avec la loi 2005-102 du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ».

 

En vain, cette loi, 12 ans après est malheureusement bafouée, les sanctions prévues par la loi ne sont pas appliquées, le gouvernement préfère proroger, par ordonnance, les délais.

 

Cette loi que l’on peut comparer à une parodie part ses reports de quinquennats en quinquennats en font un simple rêve toujours inaccessible pour les personnes directement concernées par la question du handicap.

 

Les effets de ces délais de dérogation en prorogation ont conduit notamment à des retards phénoménaux sur l’accessibilité de la voirie, des transports, des bâtiments publics. Le retard pris par la France dans ce domaine condamne au quotidien les personnes porteuses d’handicap, au chômage comme à l’enfermement . L’application de mesures dans ce sens est une condition indispensable à notre insertion et notre dignité.

 

Chaque année, le nombre de personnes en situation de handicap ne cesse de croître. Les causes sont multiples : handicap à la naissance, séquelles d’accidents domestiques, du travail ou de la route, maladies invalidantes, vieillesse.... Plusieurs dizaines de milliers de personnes découvrent chaque année la réalité des multiples situations de handicap qu'elles ont à affronter au quotidien et les inégalités liées à leur situation : éducation, formation, logement, travail, prise en charge adaptée, accessibilité, perte de revenus…

 

 

Pouvez vous ignorer la vie de ces millions d’invalides et celle des valides d'aujourd'hui qui seront peut-être porteuses d’ handicapés de demain ? Vivre plus longtemps demain oui mais dans quelles conditions? 

 

 

Si vous êtes élu(e) président de la République, comptez-vous poursuivre cette politique de l'exclusion et d’abandon ou aurez vous une réelle implication dans la problématique du handicap et de l'accessibilité ?

 

Les associations Victimes et Citoyens et Point Carré Handicap souhaiterez connaître vos positions sur ces mesures dont tant de vies dépendent :

 

Favoriserez-vous l’abaissement de tous les trottoirs aux passages cloutés afin de permettre aux personnes en fauteuil roulant de traverser les voies en toute sécurité ?

Interdirez-vous les pavés qui fleurissent dans toutes les villes sur les places et voiries ? Certes très esthétiques mais tellement dangereux et douloureux pour les personnes circulant en fauteuil ?

Acceptez-vous d’abroger l'Ordonnance du 26 septembre 2014 et les textes réglementaires y afférant et de geler l'application des mesures et d'appliquer immédiatement la loi 2005-102 du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » ?

 

Complèterez-vous l’application de la loi 2005-102 du 11 février 2005 à une concertation avec le mouvement associatif dans l'élaboration de mesures complémentaires notamment dans le domaine de l'accessibilité du cadre bâti et des transports ?

 

Allez-vous faire en sorte que les  Centres Communaux d'Action Sociale  aient plus de pouvoir lors du contrôle sur la mise en conformité et allez vous favoriser le recrutement des travailleurs handicapés qui connaissent mieux que personne leur besoin ?

  

Allez-vous donner le pouvoir aux Commissions Consultatives Départementales de Sécurité et d'Accessibilité, de considérer acceptables ou non les demandes de dérogations et les propositions de mesures de substitution conformes et strictement encadrées au plan législatif et réglementaire ?

 

Aménagerez vous des places de stationnement supplémentaires et que celle-ci puissent être utilisées par des personnes handicapées ?

 

Allez-vous donner à la police les moyens de contrôler l'authenticité des cartes d'invalidité et augmenter considérablement le montant les amendes pour les fraudeurs ?

 

Garantirez-vous un véritable revenu avec l'augmentation significative de l'AAH pour les personnes reconnues en incapacité de travailler pour des raisons physiques, psychiques, cognitives, ou mentales, indépendamment des revenus du conjoint, au même titre que les pensions d'invalidité ? de revaloriser le taux des pensions d'invalidité dans les mêmes proportions et selon les mêmes modalités, pour les personnes relevant des 2e et 3e catégories de la Sécurité sociale ?


Nous souhaitons conclure en vous informant qu'aujourd'hui tous les PMR s'accrochent à l'espoir que Paris obtienne les JO 2024, car l'accessibilité viendra forcement au premier plan. Nous vous proposons donc à cette occasion de montrer au monde que nous sommes une grande nation en anticipant les exigences du CIO.

Ces propositions de première urgence n’épuisent en rien la question des problèmes en relation avec le handicap. Bien d’autres encore peuvent faire progresser le quotidien des personnes handicapées. Une réponse de tous les candidats à la présidence de la République sur ces neuf propositions et une prise de parole de vos parts lors des débats télévisé permettrait d’envoyer un message fort de votre indignation et implication pour le respect des valeurs de la République.

 

Nous nous engageons, ainsi que tous les adhérents des associations Victimes et Citoyens et Point Carré Handicap à donner toute la publicité nécessaire à vos réponses.

 

Mounir AL RAFEÏ

Président association Point Carré Handicap

 

Julien THIBAULT

Président association Victimes et Citoyens 

 

LETTRE_OUVERTE_AUX_CANDIDATS_A_LA_PRESIDENCE_DE_LA_REPUBLIQUE_HANDICAP.pdf

L'actualité

De l'association Victimes et Citoyens
De la lutte contre l'insécurité routière